top of page
  • Photo du rédacteurSorius

Milieu de Tour... Impression !

J’ai des choses à dire… Puy de Dôme… Démare, Wout, Cof

On ne va pas se voiler la face… On souhaitait voir une bagarre mythique entre Jonas et Tadej dans le Puy de Dôme à la façon Anquetil-Poulidor mais on aura eu le droit à une victoire du Canadien Woods et un loupé stratégique fantastique de nos principaux français qui pensaient que l'échappée du jour n’irait pas au bout. Ouf, Pierre Latour nous sauve en prenant une somptueuse 2ème place.


Petit focus sur Clément Berthet AG2R-CITROËN… 24 ans, on n’en parle pas beaucoup mais il est là. Discret, présent en montagne, 5ème au Puy de Dôme, Il est 20ème au général après la 12ème étape ! A suivre.


Ça grignote, ça grignote des secondes et c'est bon. Statu quo en haute montagne pour l'étape de Morzine et Saint Gervais Mont Blanc, il n'y a plus que 10” d'écart entre le maillot jaune et le meilleur jeune avant le contre la montre, suspence ! Entre un Danois, mes origines Viking par ma maman, et l’énergie folle de Tadej… mon coeur balance.


Wout se précipite… Il est dur de reproduire l'excellence et la réussite, malgré une condition physique encore optimale, le parcours 2023 du tour de France n’est pas celui de 2022 et c’est bien ça la différence, on lui souhaite d’en claquer une d’ici Paris, si sa femme n’accouche pas avant.


Arnaud Démare, la stratégie probablement bien loupée de la FDJ… On avait prédit un tour pour les grimpeurs uniquement ? J’avais vite observé un minimum de 7 arrivées massives, ce qui représente ⅓ des étapes du Tour… Écarter Arnaud, qui sans contestation revenait à un grand niveau est à mon sens une terrible erreur au vu des résultats moins encourageants de David Gaudu au Dauphiné… On serre les dents côté FDJ pour que Thibault efface tout ça (en belle forme en doublant Giro et Tour de France, cela donne des regrets sur les 10 dernières années).


Cofidis remet au fond, BRAVO ! Pour l’instant, c’est l’équipe française du Tour même si je note le côté taquin du manager qui s’emporte un peu sur ses discours d’après course. De 1, s’attaquer à la Jumbo, perso, je n’oserais pas au vu du palmarès des 2 équipes ces dernières années… attention je tousse… et là, sur le plateau de vélo-club, après la victoire d'Izaguirre, c’est un petit pic d'insolence qui est apparu, signifiant qu’il (Cédric Vasseur) a fini sa carrière chez Lefevere (Quick Step) et qu’il cultive le même esprit, celui de faire tourner les victoires… Euh… Je ne suis pas convaincu qu’à chaque briefing, il choisisse qui va gagner, je crois même que ça fait des années qu’il croise les doigts au départ du Tour de France pour que cela arrive. No comment.


Mon mot de la fin : Qu’est ce que ça roule sur ce tour, on sent l'importance pour chaque équipe d’être présente à l’avant, une prise d'antenne intégrale qui à largement participé à une nouvelle topologie de course, plus nerveuse, plus intense. La communication, l’espace publicitaire ça fait mal aux jambes… des coureurs qui subissent en plus le réchauffement climatique du mois de juillet, faut-il se poser des questions pour les années futures ?


bottom of page