top of page
  • Photo du rédacteurSorius

L’approche d’une compétition

Réponse à la communauté Sorius par le fondateur, Niels Brouzes.


SOR : Nous avons beaucoup de questions sur l’approche d’une compétition, que pouvez-vous nous dire sur le sujet ?


Niels : Il y a plusieurs étapes pour bien appréhender son objectif mais aussi les obstacles à surmonter.

Il faut bien cibler son objectif, mesurer au mieux sa préparation, établir sa stratégie, et surtout gérer les doutes ainsi que la peur du jour J.

SOR : Vous venez de citer 5 points, serait-il possible de les détailler ?


Niels : Le ciblage de l’objectif est très important, il faut faire attention à l’envie et souvent la surmotivation, c'est-à-dire, ne pas voir trop haut !

Je dis souvent qu’il faut faire appelle à sa conscience pour établir son objectif car il en découle toute la préparation physique.

SOR : C’est là qu’il faut mesurer sa préparation ?


Niels : L’objectif doit être en cohérence avec son état physique, son état mental, son temps et ses disponibilités d'entraînement ou encore avec ses capacités intrinsèques. Si on est sprinteur, il sera dur de gagner en haut de Joux Plane à l’étape du tour…


SOR : Vous parlez de qualités intrinsèques, c'est-à-dire ?


Niels : C’est très simple. On regarde le parcours de son objectif et on pose une stratégie d'entraînement adaptée.

J’ai coutume de dire qu’il faut améliorer ses points forts et travailler ses points faibles.

Cependant si les qualités intrinsèques sont contraires aux qualités requises pour l’objectif, il faudra bien améliorer son contraire.


SOR : Et le doute dans tout ça ?


Niels : Le doute, c’est la phase critique d’une préparation.

Le doute s'immisce partout durant votre préparation, et ça c’est dur !

Est-ce que mon entrainement est le bon ? Est-ce que l’objectif est finalement adéquat ? Je suis tombé malade… c’est foutu… J’ai mangé une pizza, quel idiot j’ai tout gâché ! Sans oublier l’entourage, les supers potes qui vous remontent le moral : T’es sur que tu es prêt ? Tu as pris un peu de poids non ? Allez, ça va le faire, et puis si tu te foires c’est pas grave !

Il faut être en capacité d'occulter toutes les mauvaises ondes de son cerveau pour y arriver sereinement.

SOR : Comme la peur du jour J ?


Niels : Exactement, mais à la différence que le jour J est une autre paire de manches ! L’angoisse par exemple… Tout va pour le mieux et le matin de la compétition, vous vous bloquez ! C’est difficile à contrôler. Le regard des autres peut aussi bloquer votre corps, la peur de la chute ou encore le stress de l’organisation personnelle… Il y a des peurs internes qui peuvent influer au cours des dernières heures, avant le coup de feu du départ et mettre HS toute votre préparation physique pourtant au top.


Vous l’aurez compris, l’approche d’une compétition est un vrai travail sur soi ! Je souhaite bon courage à tous les athlètes qui ont un objectif durant l’année 2023 et entrainez-vous bien.



Et pour être bien guidé à l'entraînement, on vous offre 3 mois gratuits et sans engagement avec le code : OBJECTIF-2023


SORIUS : Spécialiste de l'entraînement cycliste


Comments


bottom of page